Archives de Rennes

FINLANDE – De l’autre côté – Jour 88

Laponie

Il y avait la Norvège et ces fjords, et puis voici que je m’élance de Skibotn, village le plus septentrional de mon périple – jusqu’à présent. J’utilise mes dernières couronnes norvégiennes pour m’acheter un pain. Et la route commence à monter pour me faire quitter le pays.

Une fois au sommet, chose assez rare, un panneau indique l’altitude : six cent mètres et des brouettes M.O.H (au dessus du niveau de la mer). Je bascule et me voici en Finlande, devant moi la Laponie. Il y a d’abord la nature bien sûr. Les hectares de forêt s’étendent à perte de vue, parsemée ici ou là de lacs bordés de petits chalets. Et puis il y a les rennes qui m’ouvrent la route – je dois d’ailleurs dire que… ça a vraiment l’air bête un renne, ajoutez-y en plus un collier rose comme j’ai pu en voir et on tombe dans le ridicule.

Mais, il y a aussi cette première rencontre avec la civilisation, une fois mes premières dizaines de kilomètres lapons effectués. Le premier supermarché qui s’offre à moi. Accolé au supermarché, une station essence et magasin de bricolage. Autour quelques maisons d’habitation. Et puis c’est tout. Sur le parking les norvégiens et les autochtones viennent faire leurs courses. Lire la suite »

FINLANDE – Jour 90 – La Laponie – 06/09/2008

Depuis quelques jours maintenant je pédale dans cette Laponie finlandaise si particulière. Le solitude est de mise par ici. Les distances prennent de toutes autres dimensions. Il est commun qu’il me faille parcourir 70 kms entre deux villages (en croisant cependant quelques hameaux sur la route). Les routes s’allongent en longues lignes droites sans fin. Les lacs se succèdent, la toundra me couve. Sur les rebords de la route, des paniers et des paniers de champignon me font de l’oeil. Je me suis laissé tenté un soir : rien de transcendant, mais ça peut toujours servir.

Le soir, je m’exerce aux techniques d’allumage de feu en conditions humides. Je progresse. L’allumage est maitrisé. Ne reste plus qu’à passer au stade beau feu de camp. Le résultat reste cependant suffisant pour y faire cuire mes pâtes dans les eaux limpides des cours d’eau.

Les rennes du grand Nord deviennent mes compagnons de route. Nous nous observons mutuellement lors de nos fréquentes rencontres. Eux traversent tranquillement la route et moi, je me dois de ralentir pour leur laisser le chemin. Je me demande si je ne vais pas essayer d’en faire rôtir un…

L’absence de relief me permet de bien avancer. Je suis maintenant à plus de mi-chemin de Rovaniemi où j’ai rendez-vous avec le père noël et la police (toujours pour mon histoire de visa russe, don’t panic)