Archive pour Nature

NORVEGE – Jour 69 – Ballade dans les fjords – 16/08/2008

Hardangerfjorden

Une petite semaine maintenant que j’ai quitté Bergen pour aller me promener dans les fjords de l’Ouest. Habituellement, je ne suis pas prompt à partir dans de grands délires exclamatifs sur la beauté des paysages que je traverse.

Pour le coup, je dois dire que j’ai été bien bluffé par la nature norvégienne. Les montagnes, les chutes d’eau, les villages, les routes, les cyclistes : tout  se jette dans les fjords en donnant de spectaculaires panoramas.
Cette région escarpée ne manque inévitablement pas de s’accompagner de quelques belles montées qui ont su mettre mes jambes à l’épreuve. Ces quatre derniers jours, chacune de mes étapes me faisait franchir un nouveau col.

Encore quelques jours dans la région et j’arriverai à Trondheim, pour ensuite partir à force de machines sur rail vers la partie nord du pays.

Publicités

ECOSSE – Histoire de montagne

Ayant pris la route du « Sud » pour rejoindre Newcastle, deux choix de route s’offraient à moi depuis Inverness. La première passant par Aberdeen me faisait longer la côté pour ensuite rejoindre Edinbourgh. La seconde me faisait passer par l’intérieur des terres en traversant les Cairngorns Mountains pour rejoindre Perth puis Edinbourgh.

Comme expliqué dans un de mes premiers messages, je garde depuis l’enfance un certain plaisir aux descentes. S’ajoutant à ce point le fait que je (re)commence à prendre un vrai plaisir à monter – les jambes prenant du galon – je pris la décision de prendre la route montagneuse. Bien m’en a pris. Lire le reste de cette entrée »

ECOSSE – La tête dans les nuages

Il n’y a guère de nouveautés à indiquer que j’ai plus que de coutume tendance à avoir la tête dans les nuages.

En ce lundi écossais, je dus prendre l’expression au sens propre pour survoler l’ile de Skye dans les nuages. Drôle d’idée que de se priver de la beauté des paysages sky-iens, mais je ne l’ai pas choisi.

Le temps qui s’impose à moi de jour en jour l’avait fait pour moi en me faisant traverser une forte bruine…

Ma visibilité était donc limitée pendant une bonne partie de la journée à quelques dizaines de mètres, tout pendant que mes qualités waterproof étaient remises à l’épreuve.

Mais l’expérience reste présente, et cette journée fut riche de rencontres. Lire le reste de cette entrée »

IRLANDE – humiliation canine – jour 16


Connemara

Laissez-moi vous raconter cette rencontre impromptue. Il commenca tout d abord par m observer. Il est vrai qu il ne devait pas en voir passer des milles et des cents, des cyclistes.

Nous etions la tous les deux au milieu du Connemara et de ses landes de pierre – pas brulee pour un sous en cette saison – lui, ami fidele du berger irlandais, habitue des lieux ; et moi, sombre erreur dans le paysage.

Ensuite, il me suivit, esperant sans doute que je lui apportasse quelques denrees. Mais rien, l etranger ne donnait rien. Il passait de droite a gauche, reniflant les sacoches ou subsistaient quelques restes de jambon du midi. Mais rien ne venait, toujours rien.

Au bout de deux ou trois kilometres, sans doute exaspere par mon indifference, il profita d’une difficulte pour me semer aloir que moi haletant, je me devais de passer sur mon petit plateau.

Et, une fois au sommet, me narguant, le cabot prit tranquilement le temps de s acquitter de sa grosse commission avant de s eclipser. Ainsi se termina notre relation : une humiliation aussi cinglante que le fouet. AIE

IRLANDE – Les corbeaux

Je sens qu’ils me poursuivent. Je les avais remarqu2 les premiers jours mais ne m’en etais pas inquiete. Mais maintenant je le sais, ils me traquent. Et plus encore, ils me harcelent.

Ineluctablement, alors que je pense qu’ils ont lache leur proie, ils se rappellent a moi. Par une envolee macabre au dessu des troupeaux ou par une poubelle en lambeaux. Ils sont la.

Au petit matin aussi ils me demontrent leur presence. Et croa et croa et croa ! Mais il ne m auront pas.

FRANCE – Première nuit ou ma première défaite contre la nature


Premier campement

Je reviens un peu arrière pour parler de cette première nuit où l’aventure a finalement commencé. Comme évoqué dans un précédent poste, mon étape prologue s’était terminée par une nuit dans un bon lit douillet chez mon oncle et ma tante. Ce serait donc mon deuxième jour de pédalage qui me permettrait de me mettre en condition sur ce qui sera ma vie pour les mois à venir : chaque soir, une éternelle quête pour trouver le lieu le plus approprié pour planter la tente.

Je dois dire que pour ce premier soir je fus plutôt bien inspiré. C’est donc près de Briouze que je quittai la départementale sur laquelle je me trouvais pour me mettre en recherche. Première ferme…

Lire le reste de cette entrée »