Archive pour Irlande

IRLANDE – Du 4×4 au tunning


Giants causeway

J’ai déjà parlé de cette quasi-vénération de l’irlandais pour son jardin. Maintenant que mon périple dans le pays au trèfle est terminé, il me semble important de préciser que cette adoration m’a semblé moins marquée lorsque lorsque je suis arrivé dans le nord – géographique, au dessus du comté du Mayo. J’ai même pu atteindre le nirvana suprême de planter ma tente dans un jardin du comté du Donnegal.

C’est d’ailleurs aussi dans cette même région et dans celle attenante (bien qu’en Irlande du Nord – politique) du Londonderry que j’ai pu rencontrer les irlandais les plus accueillant. Une douche par ci, la nuit dans la caravane par là, ou encore le tea-time royal (thé, pizza, jus d’orange, gâteau) pour me protéger de la pluie. A croire qu’ils se battaient pour un concours virtuel du meilleur hôte.

Mais, au delà de la chaleur humaine, le nord a aussi su se faire remarquer par son parc automobile. Le 4×4 y faisait preuve d’une forte visibilité comme dans toutes les régions traversées d’Irlande, mais de nombreuses voitures tunées ont surtout su se faire remarquer. L’une d’elle a d’ailleurs réussi à me faire quelques frayeurs en me frôlant à plusieurs reprises : à l’allée, au retour, à l’allée, au retour, …

Le ch’nord d’un pays présuppose-t-il de chaleur humaine et de tuning ? Voici ma question existentielle du moment ?

Réponse dans la suite de mes aventures… toujours plus au nord.

Publicités

IRLANDE – 1100km, je m’arrête – Jour 18

Mon compteur restera donc bloqué à ces quelques données :

– 1100 kms à tourner les pédales

– 90 heures assis sur la selle

– 64,5 km/h dans les pentes du Connemara

Lire le reste de cette entrée »

IRLANDE – humiliation canine – jour 16


Connemara

Laissez-moi vous raconter cette rencontre impromptue. Il commenca tout d abord par m observer. Il est vrai qu il ne devait pas en voir passer des milles et des cents, des cyclistes.

Nous etions la tous les deux au milieu du Connemara et de ses landes de pierre – pas brulee pour un sous en cette saison – lui, ami fidele du berger irlandais, habitue des lieux ; et moi, sombre erreur dans le paysage.

Ensuite, il me suivit, esperant sans doute que je lui apportasse quelques denrees. Mais rien, l etranger ne donnait rien. Il passait de droite a gauche, reniflant les sacoches ou subsistaient quelques restes de jambon du midi. Mais rien ne venait, toujours rien.

Au bout de deux ou trois kilometres, sans doute exaspere par mon indifference, il profita d’une difficulte pour me semer aloir que moi haletant, je me devais de passer sur mon petit plateau.

Et, une fois au sommet, me narguant, le cabot prit tranquilement le temps de s acquitter de sa grosse commission avant de s eclipser. Ainsi se termina notre relation : une humiliation aussi cinglante que le fouet. AIE

IRLANDE – Les corbeaux

Je sens qu’ils me poursuivent. Je les avais remarqu2 les premiers jours mais ne m’en etais pas inquiete. Mais maintenant je le sais, ils me traquent. Et plus encore, ils me harcelent.

Ineluctablement, alors que je pense qu’ils ont lache leur proie, ils se rappellent a moi. Par une envolee macabre au dessu des troupeaux ou par une poubelle en lambeaux. Ils sont la.

Au petit matin aussi ils me demontrent leur presence. Et croa et croa et croa ! Mais il ne m auront pas.

Jour 19 – Premier camping – 28/06/2008

IRLANDE – L’hospitalite se termine la ou commence le jardin


Joli jardin

Je reprends sur mon accueil sur la Terre d’Irlande. Une fois la premiere route de campagne empruntee, ce fut le vent du sud qui me souhaita d’abord la bienvenue, un vent difficile a supporter apres 17h de traversee mais porteur d’espoirs pour les semaines a venir. Mes pensees me font alors esperer qu’il puisse me (trans)porter lorsque je me dirigerai plein Nord. Mais, je crois que c’est mal connaitre le climat irlandais. Ayant debarque le midi, ca s’annoncait etre une petite etape, et puis finalement les kms s’enchainant bien, je finis la journee a mon desormais rituel 75 bornes/jour.

Apres l’accueil de la nature, j’eu le droit a celui de l’homme. Pour bien le comprendre, il est necessaire d’avoir quelques elements. Le sud de l’Irlande s’est caracterise a mes yeux par une urbanisme tres specifique. Alors que je m attendais des mon arrivee a decouvrir l Irlande sauvage, je compris rapidement mon erreur.

Lire le reste de cette entrée »