Archives de Climat

Ma conférence sur le climat

Nous étions deux. Moi et un viel appiculteur toujours vert.
Je vous délivre ici les premières conclusions.
Les abeilles sont de retour, plus de raison de s’inquiéter.
La tente en hiver doit suivre l’orientation des ruches : l’entré vers le sud-est.

USA – Back in the game – 12/03/2009

Vélo gelé

Depuis que je suis aux USA le climat ne cesse de jouer au yoyo. Le temps peut être estival un jour et glacial le lendemain. Ces changements d’humeurs me permirent aujourd’hui de vivre une nouvelle expérience hivernale. Une fine grêle s’est abattue sur moi dès le début de la matinée. Cumulée à des températures négatives, une couche de glace avait bientôt recouvert mes sacs et mon vélo. Peu de temps après ce furent mes câbles. Mon petit plateau et mon petit pignon transformés en glaçons furent rendus inutilisables. Lorsque je m’arrêtai pour casser la croute, des stalactites croissaient de toute part : gardes-boues, pédalier, portes-bagages, dérailleurs…

Voici une situation que je n’avais pas connue jusqu’alors.

USA – Au frais

Aux croisements

« La Floride est un grand pancake plat »… une bonne crêpe bretonne moitié artisanale moitié industrielle. Les longues lignes droites se succèdent les unes aux autres. Je suis passé de l’extraordinaire platitude des marais sauvages du sud de la Floride à la morne lassitude des plantations d’oranges ; du plaisir à rouler avec des alligators comme spectateurs à l’inquiétude permanente face aux fauves à quatre roues (toutes motrices).

On m’avait bien prévenu à Miami : « la Floride devrait être le pire de ce que tu rencontreras comme conditions de route ». Mon prophète n’avait pas tord. Il me tarde de retrouver une situation plus agréable. Mes informateurs à droite à gauche, théoriciens du complot ou voyageurs au long court m’ont tous vanté la vielle route 90. Encore quelques jours et j’y serai.

Pour le moment, il faut me faire, comble de l’histoire pour moi qui était venu ici trouver de la chaleur, avec une température tournant aujourd’hui aux alentours des 5 ou 6° et un vent de malheur qui s’efforce de me faire face. Chaque départ s’annonce comme une petite bataille. J’enfourche mon destrier, visse ma casquette sur ma tête, fixe mes écouteurs à mes oreilles, avale une rasade de liqueur aquatique, inspire un bon coup puis m’élance.

ECOSSE – Histoire de montagne

Ayant pris la route du « Sud » pour rejoindre Newcastle, deux choix de route s’offraient à moi depuis Inverness. La première passant par Aberdeen me faisait longer la côté pour ensuite rejoindre Edinbourgh. La seconde me faisait passer par l’intérieur des terres en traversant les Cairngorns Mountains pour rejoindre Perth puis Edinbourgh.

Comme expliqué dans un de mes premiers messages, je garde depuis l’enfance un certain plaisir aux descentes. S’ajoutant à ce point le fait que je (re)commence à prendre un vrai plaisir à monter – les jambes prenant du galon – je pris la décision de prendre la route montagneuse. Bien m’en a pris. Lire la suite »

ECOSSE – Il est là – jour 42

Les sages m’en avait bien parlé, des étrangers m’avaient dit que chez eux il apparaissait souvent. Mais j’avais du mal à y croire.

Une grosse boule jaune qui rendrait la terre plus lumineuse et qui réchaufferait les âmes et les corps, une magie qui ferait disparaitre les nuages en rendant le Ciel bleu : tout ceci me paraissait bien loin de ma grisaille quotidienne.

Et puis, ce matin J’ai ouvert ma tente et là, j’ai vu ce que l’on m’avait décrit comme le Soleil. Alors que la veille au soir le Ciel demeurait morose sans présenter le moindre encouragement, il se présentait maintenant à moi dans une belle robe bleu, sans tâche. Pour me séduire, il s’était paré de son plus bel atout, celui qu’on appelle Soleil.

Soleil était majestueux et brillait de milles feus. Dès que ma tête sortit de la tente, elle fut saisie par la puissance des rayonnements de Soleil et la bonne humeur s’installa en elle. Mon corps qui suivait fut de suite réchauffé et mes jambes – toujours les dernières au moment de se lever – sentirent l’énergie affluer en elle pour la journée.

Voici donc ce qu’on appelle Soleil. Je peux maintenant témoigner de son existence…

ECOSSE – La tête dans les nuages

Il n’y a guère de nouveautés à indiquer que j’ai plus que de coutume tendance à avoir la tête dans les nuages.

En ce lundi écossais, je dus prendre l’expression au sens propre pour survoler l’ile de Skye dans les nuages. Drôle d’idée que de se priver de la beauté des paysages sky-iens, mais je ne l’ai pas choisi.

Le temps qui s’impose à moi de jour en jour l’avait fait pour moi en me faisant traverser une forte bruine…

Ma visibilité était donc limitée pendant une bonne partie de la journée à quelques dizaines de mètres, tout pendant que mes qualités waterproof étaient remises à l’épreuve.

Mais l’expérience reste présente, et cette journée fut riche de rencontres. Lire la suite »